Assistant, assistante ou assistant(e)

Par le 15 juin 2010

Je voudrais vous faire part d’un sujet de perplexité à propos duquel je suis curieuse d’avoir votre avis. Rassurez-vous, il s’agit de peu de chose, mais je trouve que ça pose quand même question.

Je vous livre tel quel le sujet de ma perplexité.

Quand on souhaite parler d'une personne exerçant des fonctions d’assistanat, doit-on écrire :

  • Assistant
  • Assistante
  • Ou Assistant(e) ?

Assistant est politiquement correct

Comme vous le savez, c’est l’expression correcte, voire politiquement correcte. Nous l’avons appris étant enfants : « le masculin l’emporte sur le féminin ». Même si le masculin ne représente pas 5% de l’effectif du métier concerné.

Autres arguments : le nouveau BTS s’appelle « Assistant manager » et puis c’est plus accueillant vis-à-vis des messieurs qui exercent la profession.

Assistante est réaliste

Rappelons- le, le métier s’est féminisé avec l’introduction de la machine à écrire dans les entreprises, c'est-à-dire, depuis le début du XXème siècle, soit plus d’un siècle maintenant. A ce propos, si vous vous intéressez à l’histoire du métier, je vous recommande l’excellent site des archives nationales :
« de la plume au clavier : un siècle de métiers du secrétariat et du bureau ».

Avec presque 98% de femmes dans la profession, on peut considérer, que la statistique et l’usage l’emportent sur la grammaire.

Si l’on pense à l’exemple d’un autre métier typiquement féminin, l’arrivée de personnels masculins dans la profession de sage-femme n’en n’a pas changé l’intitulé.

Assistant(e) ménage « la chèvre et le chou »

Assistant(e) permet de respecter les règles de grammaire sans méconnaitre le « fait féminin » qui est réellement constitutif de la profession.

Oui, mais quelle lourdeur que ce e entre parenthèses ! C’est pénible à taper et ça ralentit la lecture. Sans compter qu’il faut également accorder les adjectifs et pronoms.

Une solution venue du Québec ?

La Fédération des Secrétaires Professionnelles du Québec (FSPQ) a trouvé une solution plutôt maligne. Elle utilise le féminin et avertit en home page

« Veuillez noter que le féminin est utilisé sans discrimination, dans le seul but d'alléger le texte ».

Et vous, quel est votre avis ?

Autre dossier sur le même thème

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Avatar

Christine Harache Il y a 10 années

Merci à toutes les deux,
Il est vrai que le mot « secrétaire » ne posait pas les mêmes questions.
J’ignorais que la dénomination « assistant » nous vient des Etats-Unis. C’est intéressant de l’apprendre.

Répondre
Avatar

MFrance Il y a 10 années

Un sujet à faire « couler de l’encre » !
La dénomination Assistant provient des Etats-Unis, sauf erreur de ma part.
Auparavant, le titre de la fonction était Secrétaire de Direction.
Dans les deux cas, point de questionnement sur l’orthographe !
J’en profite pour saluer nos consœurs québécoises ; la FSPQ organise des congrès à thèmes fort intéressants. Dommage Mesdames et Messieurs que vous soyez à des miles de vos cousines et cousins.
Puisque l’ancien BTS s’appelait « Assistant de Direction » et le nouveau « Assistant de Manager », je suggérerais « Assistant H/F » adopté par les recruteurs.
Ceci dit, tout dépend du contexte

Répondre
Avatar

Isabelle Laval Il y a 10 années

Je pense que le Québec a su allier bon sens, tact et réalisme !
Dans ma profession d’assistante dentaire le féminin l’emporte à plus de 98 %… En ne faisant preuve d’aucun machisme car les messieurs sont bien sûr les bienvenus, force est de constater qu’ils sont si peu nombreux que le féminin est davantage représentatif de la réalité et l’emporte par bon sens dans la dénomination de notre profession. Les messieurs ne sont d’ailleurs aucunement rancunier sur ce point et acceptent de bonne guerre cette entorse à la grammaire française…
Je suis d’accord que assistant(e) est une solution certes astucieuse, mais pénible à écrire, et impossible à oraliser !

Répondre

Abonnez-vous au blog

Afin de vous abonner et pour des raisons de sécurité, votre navigateur doit accepter les cookies et le JavaScript.