Quelle(s) reconversion(s) pour un(e) assistant(e) de Direction ?

    Par le 14 novembre 2016

    Je n’ai pas la prétention d’avoir exploré toutes les pistes de reconversion mais tout de même… Office manager, formatrice, secrétaire générale d’association, sténotypiste, transcriptrice-rédactrice freelance, assistante de Direction freelance à Londres, j’en passe et des meilleures.

    Pourquoi ? Pour la simple et bonne raison que je ne suis pas née « assistante » et que ce choix de métier fut celui de la raison et non du cœur.  Aujourd’hui je suis une consultante-formatrice satisfaite car mes moteurs sont la variété des missions, l’indépendance et surtout la transmission.

    reconversion-assistante

    Dans tous les cas, il ne faut pas oublier qu’une reconversion digne de ce nom prend bien plus de temps qu’on ne le pense. C’est alors le moment d’être bienveillant envers soi-même et de quitter le domaine de l’exécution, du « livrable dans les meilleurs délais », au profit de l’exploration.

    Ainsi, il convient au préalable de se poser les bonnes questions. Pour quelles raisons je souhaite me reconvertir ? Est-ce passager ou plus sérieux ? Si je me dirige vers une activité artistique qui me comblera, aurai-je assez pour vivre ? Suis-je disposé(e) à reprendre des études ? Quelles incidences sur ma vie de famille ? Aurai-je besoin de formation, auquel cas, comment la financer ? Ai-je une vision réaliste de la fonction vers laquelle je me dirige ou bien est-ce un fantasme ?

    Sans oublier les questions subsidiaires : « Qu’est-ce que je sais faire ? », « Qu’est-ce que j’aime faire ? » « Qu’est-ce que je n’aime pas ou plus faire ? » (attention, certaines tâches n’ont pas la même saveur selon qu’on les réalise pour son patron ou son client), « Quelles sont les réalités du marché ? » .

    Et si le chemin est parfois long et caillouteux, il ne faut pas oublier l’enjeu : changer de vie, ou tout au moins l’améliorer. En effet, tout changement n’est pas nécessairement drastique. Les alternatives sont nombreuses et la transition ne doit pas forcément se faire de façon tranchée et radicale.

    Reconversion peut signifier évolution, ajustement, re-articulation de sa situation actuelle.

    On peut tenter par exemple d’évoluer en interne au sein de sa société ou bien proposer à sa hiérarchie de travailler tout ou partie en home office ou encore demeurer salarié(e) à mi-temps et développer son activité de masseur/se le reste du temps.

    Ne pas oublier non plus nos alliés, que sont le bilan de compétences, le congé sabbatique pour ceux qui peuvent en bénéficier, ou la VAE.

    Vaste sujet…. De votre côté, avez-vous des expériences de reconversions d’ancien(ne)s assistant(e)s à partager ?

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Isabelle Il y a 1 semaine

    Bonjour,
    Cela fait maintenant plusieurs fois que je viens consulter les messages de ce blog en espérant pouvoir y trouver une sorte d’ouverture… Assistante de direction depuis 20 ans, j’ai évolué au sein de différentes structures en terme d’activités (coiffure, édition, mode, électroménager haut-de-gamme, industrie) et de tailles (TPE, PME, groupes internationaux) dans des environnements commerciaux ou marketing.
    J’assiste aujourd’hui et depuis peu un dirigeant et le responsable export car je parle anglais couramment et je suis des cours de perfectionnement en espagnol. Il s’agit d’une TPE et les possibilités d’évolution sont quasi-inexistantes dans un milieu industriel un peu cloisonné qui plus est entourée d’hommes avec des idées un peu préconçues sur la place des femmes dans la société d’aujourd’hui. Je ne m’y retrouve pas. Je n’arrive pas à me projeter longtemps dans cette société et il m’est difficile, voire impossible de quitter un emploi sans avoir la certitude de trouver autre chose… Par ailleurs, je pense que je fais un blocage sur mon métier donc je dois me poser les bonnes questions pour ensuite envisager un changement professionnel, le problème risquant d’être le même ailleurs… Je me sens capable de faire autre chose professionnellement mais à ce stade de ma carrière professionnelle, je ne vois pas vers quels autres domaines ou quels autres métiers je pourrais me diriger malgré déjà 2 bilans de compétences dont un récent à mon palmarès… L’accompagnement était excellent mais je n’ai pas eu de « révélation ». Je me sens « emprisonnée » dans mon métier. J’ai besoin de faire autre chose et me cherche depuis bien longtemps professionnellement car mon métier n’a jamais été une passion. J’y suis arrivée par hasard après avoir échoué lamentablement en première année de DEUG de droit. Je voulais devenir gendarme et les résultats des partiels étant catastrophiques, j’ai dû trouver un cursus plus court et plus professionnalisant… je regrette de ne pas m’être laissée plus de temps mais à 18 ans, j’avais moins de capacité à prendre du recul.
    Je vis seule avec ma fille de 7 ans et j’aspire à plus d’indépendance professionnelle voire même de responsabilités. Je me sens capable de faire autre chose. J’ai suivi une formation professionnelle en Responsable en gestion des RH en 2009 mais après un séjour de 2 ans au Pakistan pour rapprochement de conjoint, je n’ai pas pu évoluer dans ce domaine. A mon retour en France, mon diplôme était presque obsolète. J’ai suivi en fin d’année dernière à l’issue d’un licenciement économique quelques journées de formation en comptabilité à la CCI pour pouvoir répondre aux besoins de mon poste actuel. Pour être honnête, je vois cette partie de mon travail en horreur. La comptabilité est incontestablement un monde à part pour moi…
    En revanche, j’aime le contact avec les clients étrangers et je suis une vraie littéraire… J’aime écrire et communiquer sans qu’il n’y ait pour autant un aspect « commercial / vente ». J’aimerais pouvoir avoir un peu plus de liberté en terme d’horaires et aspire à quelques déplacements pour éviter la routine du quotidien. Ce n’est pas facile avec un enfant en bas âge et c’est aussi un de mes plus gros dilemmes, les déplacements ne peuvent pas être trop longs et doivent rester dans un périmètre assez proche…
    Je fais confiance à ce blog pour y trouver peut-être quelques éléments de réponses. J’y ai lu des témoignages vraiment pertinents… Je reste impatiente de vous lire si le temps vous permet de me donner quelques conseils ou idées… Merci par avance.
    Isabelle

    Répondre

    orero nadine Il y a 3 mois

    Je me retrouve dans la situation où j’ai envie de voir autre chose. Je suis assistante d’un DST et de son directeur adjoint depuis 9 ans et demi. Je me sens « limitée » dans mon travail parce qu’après des changements on ne va plus me donner la possibilité de faire des choses comme avant et du coup je ne me sens plus trop à ma place. J’ai donc décidé de participer à un atelier de le mobilité pour faire le point de mes compétences….et peut-être exercer un autre métier ou me former plus sur de l’administratif. J’ai postulé aussi pour être assistante de prévention au sein de ma collectivité suite au départ de la personne qui exerçait cette fonction. Je me cherche c’est vrai et j’ai envie d’autre chose mais besoin d’être aider pour m’accompagner dans ces démarches.

    Répondre
    Sylvie SEKSEK

    Sylvie SEKSEK Il y a 4 mois

    A celles/ceux qui envisagent de travailler comme assistant(e) indépendant(e), vous pouvez déjà vous faire une idée des possibililtés via le site http://croquefeuille.fr/

    Répondre

    FABIENNE Il y a 4 mois

    Bonjour
    je vous fais part de mon expérience personnelle et du coup professionnelle !

    Assistante de Direction depuis 1994, j’ai fait le choix en 2012 de faire une formation de « formateur professionnelle d’adultes FPA  » à l’AFPA de Vénissieux (69). Après 9 mois de formation et l’obtention du Titre Professionnel de Formateur d’Adultes (niveau III), j’ai exercé 2 ans au GRETA de Lyon et Vienne sur toutes les filières administratives.

    PASSIONNANT mais….et je rejoins Sophie, beaucoup d’investissement, d’élaboration de cours, de kilomètres, de fatigue, d’administratif (car il ne suffit pas de dispenser un cours, il faut aussi « évaluer, transcrire ») et des salaires pas toujours en adéquation avec l’effort fourni.

    En 2014, et après une séparation, j’ai repris un poste d’Assistante de Direction Générale dans l’Ain ! Stabilité, horaires flexibles, salaire confortable, avantages divers, mais moins d’autonomie, moins de liberté et moins de rencontres !!!

    En tout cas, je ne conçois pas de s’improviser Formateur, c’est un métier qui demande de la pédagogie et ça, ça s’apprend ! Le formateur doit connaître les rouages du APPRENDRE A APPRENDRE, les profils d’apprentissage, les outils, les méthodes pédagogiques et détenir un « soupçon » de psychologie, eh oui, on touche à l’humain… et à ses problèmes périphériques, d’où des compétences en accompagnement aussi !

    Bien à vous et bonne lecture (pléthore d’ouvrages sur le métier de formateur)

    Fabienne

    Répondre

      Samantha Il y a 4 mois

      Fabienne,

      Ahhhhh l’AFPA de Vénissieux… j’y ai passé 1 semaine en Octobre… Le self est pas terrible… lol

      Je suis d’accord en ce qui concerne la pédagogie, cependant, je pense que certaines personnes sont plus à même que d’autres et plus à l’aise sur ce terrain… En tout cas c’est l’impression que j’en ai après cette année de pratique.

      OLIVIA Il y a 3 mois

      Bonjour Fabienne,
      As-tu été satisfaite de la formation AFPA ?
      A salaire équivalent, quel métier exercerais-tu alors ?

      FABIENNE NEVEU Il y a 3 mois

      bonjour Olivia

      la formation AFPA est très complète pour devenir formateur, après les conditions d’accueil laissent à désirer ! vieux locaux, self pas bon du tout, système informatique défaillant et pas de budget pour du papier photocopie… ! au final, j’ai eu mon titre et c’est bien là l’essentiel.

      à salaire équivalent, je préfère le métier de formateur pour l’autonomie énorme que l’on a : accepter ou refuser une proposition, créativité dans les supports pédagogiques, choix de l’organisme, etc

      j’espère avoir répondu à vos attentes !

    GIGI Il y a 4 mois

    bjr, je suis assistante de direction depuis 2011 et l’année prochaine je compte évoluer dans mon entreprise pour devenir Attaché de Direction. Est-ce que quelqu’un connaîtrait les attributs d’une attaché de Direction, ses fonctions principales, son rôle dans l’entreprise.

    Répondre

    Sandrine Il y a 4 mois

    Bonjour,
    Vos commentaires sont très intéressants. Pour ma part, je suis assistante de direction depuis 21 ans dont 17 dans la même entreprise. J’ai l’impression d’avoir fait le tour de mon poste. Ma motivation a disparu et je traîne les pieds tous les matins pour venir travailler. Je suis en pleine interrogation sur mon avenir professionnel, mes envies, mais aussi ce que je ne veux plus faire. J’ai l’impression de subir mon travail alors que je suis plutôt d’un tempérament actif. Je voudrais faire autre chose et créer une auto entreprise me tenterait bien, seulement voilà, je ne sais pas dans quel domaine me lancer? Et j’ai également peur de quitter mon travail (salaire, couverture sociale, cotisation retraite…).
    Je trouve le témoignage de Sophie pertinent car elle a osé faire ce que j’hésite à faire aujourd’hui et 10 ans après, elle souhaite éventuellement faire marche arrière. Effectivement, ce n’est pas simple de faire évoluer sa carrière, mais tenter une reconversion, c’est déjà un grand pas!

    Répondre

      CARPENTIER Sophie Il y a 4 mois

      Bonjour Sandrine,
      Je suis exactement dans la même situation que toi, plus de 18 ans dans la même structure dont 15 ans au poste d’assistante de direction et en pleine remise en question de mon avenir professionnel.
      J’ai fait un bilan de compétences mais à part les tests cela ne m’a pas ouvert les yeux sur quel métier j’aimerais me tourner… Je pense aussi à me mettre à mon compte en tant qu’assistante indépendante donc je récolte toutes les informations possibles mais travaillant à temps plein ce n’est pas facile… Je fais partie de plusieurs groupes sur facebook sur la multipotentialité, les assistantes indépendantes pour pouvoir discuter avec des personnes qui me ressemblent… Je regarde aussi les vidéos gratuites de coach comme Jordane d’Osez Briller qui parle justement des personnes qui n’osent pas quitter leur emploi..
      Il faut oser et expérimenter… Pourquoi pas de l’intérim ? J’y pense aussi…
      Voilà mes propres réflexions si cela t’a un peu aidé…
      Bon courage
      Sofi

    Marie Il y a 4 mois

    Bonjour Samantha,
    Merci beaucoup pour ce témoignage qui démontre qu’il y a bien des voies possibles de reconversion après… Je suis précisément dans cette démarche et j’avoue que ce n’est pas facile. Assistante de direction au sein d’un grand groupe industriel depuis 10 ans, j’aspire désormais évoluer dans le domaine de la formation auprès d’adultes.
    Samantha, peux-tu STP m’indiquer le parcours que tu as suivi pour devenir formatrice ?
    Merci beaucoup

    Répondre

      Samantha Il y a 4 mois

      Bonjour Marie,

      Je n’ai pas suivi de parcours particulier.
      Il y a des structures qui demandent certaines qualifications. Dans celle où je suis, il suffit de justifier de 5 années d’expérience dans le métier (moi Assistanat).

    Samantha Il y a 4 mois

    Bonjour 🙂

    Pour ma part, j’ai eu la chance de faire une formation d’Assistante de Direction il y a quelques années.
    J’ai pu pratiquer mon métier dans 2 entreprises différentes et il y a presque 2 ans, mon employeur a dû supprimer mon poste (je travaillais en binôme).

    J’ai profiter de mon temps pour faire certaines choses puis à peine ais-je eu le temps de me demander ce que j’allais pouvoir faire qu’une connaissance m’a appris que dans le même organisme de formation où j’étais allée quelques années auparavant, ils avaient besoin de qq un pour des formations sur l’Assistanat et le Secrétariat.
    J’ai donc postulé et, 15 mois après, je suis formatrice sur des métiers comme Secrétaire-Assistant, Secrétaire-Comptable, Employé d’Accueil Administratif…

    Je trouve cela passionnant. J’adore rencontrer de nouvelles personnes, partager mes connaissances, m’enrichir auprès de tous ces gens… A tel point que je ne pense pas retourner dans mon précédent métier…

    Samantha

    Répondre

      Samantha Il y a 4 mois

      *J’ai profité… On devrait plus souvent se relire… :p

      Sylvie SEKSEK

      Sylvie SEKSEK Il y a 4 mois

      Bonjour Samantha,

      Je suis tout-à-fait d’accord avec vous. La formation est une activité très enrichissante. J’ajouterais que c’est aussi très valorisant…

      Mi Il y a 4 mois

      Bonjour Samantha,
      Puise-je savoir quelle formation as-tu suivie? J’aimerai suivre ta voie

      sophie Il y a 4 mois

      Bonjour, j’ai trouvé votre post très intéressant parce que je me suis reconvertie dans la formation il y a 10 ans et aujourd’hui j’envisage de revenir à mon métier d’assistante ! J’adore ce que je fais mais ce n’est pas tout rose non plus, beaucoup de travail à la maison, en fonction du public (étudiant ou adulte) et de l’employeur (privé, public) le quotidien peut être lourd avec des étudiants non investis et une paie bien maigre pour l’investissement que c’est quand on aime bien faire les choses et pour le peu de retour des élèves et parfois de la hiérarchie. La formation est un milieu dans lequel il y a beaucoup de turnover. C’est souvent une étape pour les jeunes mamans qui profitent d’un emploi du temps allégé ou pour des professionnels qui développent en parallèle une activité qui n’est pas assez rémunératrice. Après, on a plus de liberté que dans un poste d’assistante. Personnellement, j’avais changé de voie parce que le côté « larbin » de l’assistante me pesait mais aujourd’hui à 40 ans je suis à nouveau en pleine réflexion sur ce que je voudrais. Pas simple quand on a une famille, un prêt, qu’on n’est pas mobile et qu’on habite à la campagne de tout remettre en cause…

      Samantha Il y a 4 mois

      Mi : J’ai fait une formation d’Assistante de Direction Bilingue en 2008. Je compte maintenant compléter ma formation « Devenir formateur » si j’en ai l’occasion.

      Sophie : Bonjour 🙂
      J’avoue que mon quotidien est épuisant ! Le public est très diversifié (dans la formation pour adultes on a de sacrées surprises…). ça va de celui qui est là parce qu’il ne touche bientôt plus son chômage et que c’est la seule solution pour continuer à avoir ses allocations à celui qui est très motivé dans sa reconversion.
      C’est assez difficile aussi quand on est confronté à des personnes qui ont du mal à sortir du cadre scolaire. Etre formateur ce n’est pas être prof, ce n’est pas la même façon de travailler. ça déstabilise pas mal les apprenants mais la plupart s’adapte.

      Ma situation est délicate car je suis en CDD et je n’ai que 32 ans. Je n’ai pas encore d’enfant ni d’emprunt… Idéalement j’aimerai avoir une situation stable. Mais en prenant du recul, je me suis aperçue que je prenais beaucoup de plaisir dans ce que je faisais, que j’avais l’impression d’être vraiment utile (en tout cas aux personnes réceptives) et les mauvaises expériences sont souvent gommées par les bonnes. Je reste en contact avec certains anciens apprenants et je suis tjs contente d’apprendre qu’ils ont pu trouver un emploi dans leur nouvelle voie professionnelle.

      J’ai peut être aussi de la chance au niveau de la structure. Mes collègues sont très sympas, il y a un vrai collectif et nous avons un manager à l’écoute. La direction apprécie le travail des formateurs et le fait savoir. J’avoue que ça me change beaucoup de mon précédent emploi…

      Sandra Il y a 3 mois

      Bonjour Samantha,

      Je prends connaissance des tes commentaires et justement, je souhaite devenir formatrice dans les métiers de l’assistanat et secrétariat. Mais par ou commencer? Saurais-tu me guider?

      Merci beaucoup!