Une méthode de prise de notes originale : la carte mentale

Par le 26 mars 2013

Lors de précédents billets, j’ai évoqué différentes méthodes de prise de notes utilisables en réunion ou en entretien : les abréviations, la prise de notes en grille, la prise de notes directement sur ordinateur. Dans ce billet, je vais aborder une méthode de prise de notes tout à fait différente des autres : la carte mentale, appelée également schéma heuristique ou mind map, voire mind mapping en anglais.

Il s’agit  d’un outil de prise de notes et d’organisation des idées peu habituel et très performant. Très visuelle, la carte mentale rassemble sur une page les idées émises lors d’une réunion ou d’un entretien. Elle représente ces idées sous la forme d’une arborescence plus ou moins développée.

Cette méthode peu conventionnelle favorise la mémorisation, car elle fonctionne par associations comme notre mémoire. Elle permet de hiérarchiser et de relier entre elles les idées émises au cours de la réunion.

Elle est un peu déroutante au premier abord, car très différente de notre façon de noter habituelle qui est très séquentielle. Il faut reconnaître qu’elle ne convient pas pour n’importe quelle prise de notes. Il est hors de question par exemple de l’utiliser si on doit rédiger le procès-verbal d’une assemblée générale de 4 heures avec tout le détail des interventions

Comment l’utiliser ?

  • on note le thème principal au centre de feuille,
  • les idées s’organisent en arborescence de plus en plus détaillée : les idées principales d’abord, puis les idées secondaires,
  • on ne note que des mots clés,
  • toute idée principale correspondant à une nouvelle branche. Toute idée secondaire précisant ou détaillant une idée principale correspond à un nouveau rameau d’une branche déjà existante,
  • quand on aborde une idée nouvelle, il faut se demander s’il s’agit vraiment d’une idée principale, auquel cas il faut créer une nouvelle branche ou s’il s’agit plutôt d’une idée secondaire à rattacher à une idée principale déjà émise, auquel il faut créer un nouveau rameau à une branche déjà existante.

Quel support utiliser ?

Pour réaliser une carte mentale, on peut utiliser simplement une feuille de papier A4 voire A3 et un stylo. Si on l’utilise pour animer une séance de créativité ou de réflexion en groupe, on peut se servir d’un tableau blanc et de feutres de couleurs (une couleur par branche, par exemple).

La carte mentale devient rapidement illisible si le nombre d’idées est très important. Dans ce cas, il est préférable de détailler chaque idée sur une feuille séparée.

On peut également utiliser un logiciel spécialisé qui présente plus de souplesse et dispose de toute une bibliothèque de formes pour représenter les branches. Il existe de nombreux logiciels gratuits.

Autres utilisations de la carte mentale

Elle peut aussi être utilisée dans de nombreuses circonstances. En fait, dans toutes les occasions où il est question de solliciter la créativité et plus généralement de produire, de trier et d’organiser des idées :

  • Préparer une présentation en réunion ou un discours,
  • Présenter un sujet en réunion de façon à en donner une vision globale aux participants,
  • Prendre des notes de lecture,
  • Réaliser une séance de créativité, un brainstorming par exemple, en réunion ou seul.

Quelques précautions

Ne noter que des mots clés. Résister à l’envie de tout noter.

Réserver la carte mentale à certaines circonstances de prise de notes. Si votre  objectif est de réaliser le procès-verbal d’un conseil d’administration de 4 heures, il vaut mieux choisir un autre outil.

Penser à la lisibilité : quand le nombre d’idées à organiser est trop important, la carte mentale devient illisible.

La représentation des idées sous forme de carte mentale ne convient pas à toutes les formes d’esprit. Elle plait davantage aux personnes visuelles. D’autres personnes préféreront une représentation des idées sous une forme plus habituelle. Pour faire part de mon expérience, je dirais que j’ai tout d’abord été déroutée par cette méthode, mais plus je l’utilise, plus je l’apprécie et plus j’en vois les avantages.

Un exemple

A titre d’exemple, voici une carte mentale représentant les qualités que j’apprécie dans un bon compte rendu.

mind mapp

Autre dossier sur le même thème

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Avatar

Christina Rebuffet Il y a 6 années

Vous connaissez les Sketchnotes? J’assiste souvent à des conférences pour des formateurs d’anglais et je trouve que c’est plus facile (& même ludique) de prendre des notes sous cette forme. Pour vous donner un exemple voici quelques scans de mes carnets d’une conférence en Angleterre l’année dernière: https://ilovetefl.wordpress.co… (Ce n’est pas pour spammer les commentaires avec mon blog, qui n’a aucun intérêt pour vos lecteurs en termes de contenu, mais simplement pour montrer quelques exemples de mes propres Sketchnotes).

Répondre
Avatar

Lucas Gruez Il y a 8 années

Bonjour. Merci à vous pour la présentation des cartes mentales dans votre contexte professionnel. Je suis préfet des études, enseignant d’histoire géographie en collège et formateur dans l’Académie de Lille. J’utilise la pratique des cartes heuristiques dans mes classes et en formation, et persuadé de ce que ces outils visuels peuvent apporter, j’ai créé un blog pour partager le travail mené avec mes élèves et des collègues.
http://classemapping.blogspot.com/
J’ai également développé un outil de veille sur internet à propos des cartes heuristiques comme outil d’enseignement.
http://www.scoop.it/t/classemapping
Votre article me permet d’ouvrir mes connaissances des usages des cartes dans d’autres domaines.
Merci à vous
Cordialement
Lucas Gruez

Répondre

Abonnez-vous au blog

Afin de vous abonner et pour des raisons de sécurité, votre navigateur doit accepter les cookies et le JavaScript.