Être assistante en télétravail

Par le 6 février 2012

Le télétravail n’est pas encore très répandu en France. Il l’est encore moins parmi les assistantes. À première vue, il semble incompatible avec la représentation du métier qui montre l’assistante fidèle à son bureau tandis que les autres sont sur le terrain. Et pourtant, des expériences concluantes ont été menées à la satisfaction de tous, assistantes comme responsables.

C’est le cas notamment de Solange JESTIN qui pratique le télétravail depuis quelques mois. Elle est assistante chez Alcatel-Lucent et bénéficie de l’accord sur le télétravail mis en place par son entreprise.

Elle a bien voulu nous apporter son témoignage.

Un accord d’entreprise

Alcatel-Lucent offre la possibilité de télé-travailler un ou deux jours maximum par semaine à tout salarié en CDI.

L’accord d’entreprise définit le télétravail de la manière suivante.

« Le télétravail à domicile s’entend comme une forme d’organisation ou de réalisation du travail utilisant les technologies de l’information. Le télétravail doit faire l’objet d’un avenant au contrat de travail. Le télétravail à domicile est également le fruit d’un accord de confiance entre le télétravailleur et son responsable hiérarchique.

Le télétravail à domicile apporte aux salariés qui le souhaitent  une solution complémentaire à l’organisation traditionnelle du travail permettant de concilier plus aisément vie professionnelle et vie privée. »

Une organisation du travail basée sur la confiance

Le télétravail ne peut fonctionner efficacement que si la confiance règne entre collaborateur et responsable. La possibilité de télétravailler dépend d’ailleurs de l’accord du responsable.

La conscience professionnelle du collaborateur et le respect des horaires du collaborateur par le responsable sont gages de la bonne réussite de cette organisation.

Comment ça se passe concrètement ?

Alcatel-Lucent met à disposition du télétravailleur un micro-ordinateur portable et une application pour le téléphone. L’entreprise prend également en charge l’abonnement ADSL du collaborateur à hauteur de 26 €TTC par mois, ce qui représente la plus grande partie de la facture.

Solange utilise le même ordinateur au bureau et à son domicile, ce qui facilite le classement de ses documents.

Pourquoi opter pour le télétravail ?

La plupart des collaborateurs qui ont choisi le télétravail l’ont fait pour des raisons de temps de transport. Solange, qui travaille pourtant près de son domicile, met parfois 1 heure pour aller travailler à cause des bouchons.  C’est d’ailleurs ce qui a motivé sa décision.

Le télétravail permet également à l’assistante de ne pas être dérangée et de bénéficier de calme pour avancer sur des travaux qui demandent de la concentration.

Pour Solange, ce jour de télétravail, c’est du confort et la possibilité un jour sur cinq de ne pas prendre la voiture, en somme un vrai plus apporté par  son entreprise.

Quelles activités une assistante peut-elle réaliser en télétravail ?

Au départ, Solange n’était pas convaincue par le télétravail qui lui semblait  peu compatible avec le poste d’assistante. C’est  sur le conseil d’autres assistantes qu’elle a changé d’avis.

Au bout de plusieurs mois d’expérience, elle constate qu’elle peut réaliser à domicile exactement les mêmes activités qu’au bureau. Elle a accès aux mêmes applications et quand elle téléphone, le correspondant ne sait pas si elle appelle du bureau ou de son domicile.

Cette organisation du travail est facilitée par l’informatisation de la plupart des activités et par la diminution des impressions papier.

Quid des relations humaines ?

Les relations humaines sont fondamentales dans le travail.  C’est d’ailleurs souvent à la machine à café qu’on recueille les informations les plus utiles.

Mais s’absenter du bureau un, deux, voire trois jours par semaine ne nuit pas à la qualité des relations qu’on entretient avec ses collègues. Le télétravail ne change rien à la proximité avec le responsable.

Savoir faire la coupure entre vie professionnelle et vie privée

Solange est attentive à bien faire la coupure entre ses deux vies. Elle a d’ailleurs choisi à son domicile les mêmes horaires qu’au bureau. Elle est concentrée sur son travail entre 8h30 et 18h à son domicile comme au bureau. À son domicile, comme au bureau, elle est disponible en cas d’urgence.

En dehors de cette plage horaire, elle se consacre à sa vie de maman.

Autre dossier sur le même thème

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Avatar

Alice Il y a 2 années

Bonjour, j’ai créé un site gratuit avec des annonces en télétravail pour assistantes et autres personnes souhaitant travailler à domicile. Je me permets de donner l’adresse si cela peut vous aider: http://teletravailadomicile.com/postes/

Répondre
Avatar

CREIX patricia Il y a 7 années

bonjour,
J’adorerais trouver un job d’assistante en télétravail. J’ai 30 ans d’expérience et je viens de me faire licenciée à 60 ans. Je n’ai absolument pas envie d’être retraitée! Mais comment trouver ce filon qui me conviendrait en tout point!
Bravo à celles qui ont réussi.
Si vous avez des conseils, je suis preneuse!
Bien à vous
Patricia

Répondre
Avatar

Cécile Il y a 8 années

Bonjour Remon,

Quelle chance vous avez ! Votre employeur a compris cette évolution du travail et vous en tirez satisfaction ainsi que votre manager. Les entreprises, pour la plupart, ont du mal à se remettre en question et à accepter les nouvelles méthodes de travail qui nous permettent de mieux concilier vie pro et vie perso. De plus, nombre de sièges sociaux déménagent (je parle pour Paris où je suis) pour des communes éloignées où prix de l’immobilier sont moins chers. De ce fait, les délais de transport se rallongent.
Moi même assistante de direction, j’apprécierai avoir une journée de télétravail par semaine, et ce n’est pas pour garder les enfants, je n’en ai pas.
On verra à mon entretien annuel !

Bien à vous,
Cécile

Répondre
Avatar

Remon Il y a 8 années

Bonjour,
Je suis assistante de direction trilingue chez Robert Bosch France SAS.
Voilà un an que j’ai monté un dossier (ici le télétravail est reconnu, bilan carbone, fatigue des trajets…, accords de mes 34 collègues dont 10 dans toute la France), puis une réunion a eu lieu entre manager et DRH pour fixer les conditions (horaires idem qu’au bureau, contribution aux dépenses d’électricité, tél. portable, ordinateur portable).
je peux tirer un bilan extrêmement positif d’un télétravail le mercredi, le même jour que mon manager.
Les activités sont identiques qu’au bureau (mais sans les contacts face à face, les déplacements au Central Courrier, les déjeuners avec les collègues).
Il est important de bien préparer sa journée la veille en basculant son téléphone sur le portable, en préparant les dossiers (mots de passe, …) sans oublier de les apporter au domicile (la veille on est bien chargés !!)
Les collègues ont la gentillesse de déposer les impressions dans ma case courrier.
Le seul bémol, je dirais, est que je suis encore plus concentrée à la maison qu’au bureau (pas de sollicitations d’échanges, moins de trajets toilettes-courriers). Le soir il est nécessaire que je fasse une coupure en allant marcher, ou parfois je prends le temps à midi de faire un aller-retour au marché.
Je travaille en musique comme du temps de mes études, un style suivant le dossier à traiter…
Le télétravail, une fabuleuse initiative !

Répondre
    Avatar

    Carole Il y a 4 années

    Bonjour,
    Faut-il être assistante de direction « cadre » pour pouvoir demander à bénéficier du télétravail ?
    Merci.
    Cordialement,
    Carole

Avatar

Christine Harache Il y a 9 années

Bonjour Cécile,
Je suis bien d’accord avec vous : on travaille mieux qu’on n’est pas dérangé.
Ce que vous dites ne m’étonne pas du tout. Le télé-travail est encore très rare. Les réticences à autoriser les assistantes à télé-travailler sont bien les deux que vous évoquez :
1- les managers ne font pas confiance et ont besoin de contrôler,
2- il est difficile d’imaginer que le métier d’assistante puisse s’exercer à distance.

C’est pourquoi l’expérience de Solange est aussi rare qu’intéressante. J’en retiens 3 points :
– à distance, une assistante peut réaliser les mêmes tâches qu’au bureau (1 jour par semaine, pas tous les jours),
– son entreprise souhaite améliorer le quotidien de ses salariés en leur évitant des trajets,
– le projet est basé sur la confiance entre manager et collaborateur. Tout est là. Pour que les gens méritent votre confiance, il faut la leur accorder.

Bon courage, les choses vont finir par évoluer

Christine

Répondre
Avatar

Cécile Il y a 9 années

Je suis assistante de direction et mon patron, il n’est pas le seul, ne conçoit pas un instant qu’une assistante puisse télétravailler !! Le télétravail a été mis en place dans mon entreprise il y a 2 ans et il n’y a que quelques élus. Les managers ne font pas confiance et prétende qu’il n’y a pas de moyen de contrôle. C’est dommage car on fait du très bon boulot au calme chez soi !

Répondre
Avatar

Alexandra Il y a 9 années

Bonjour, une pierre de plus dans la mise en avant du télétravail et du métier d’assistante. Même si les sociétés sont un peu frileuses quand à la mise en place de ce mode de travail on peut néanmoins se féliciter de la très forte évolution des assistantes indépendantes.

Répondre

Abonnez-vous au blog

Afin de vous abonner et pour des raisons de sécurité, votre navigateur doit accepter les cookies et le JavaScript.