8 repères pour mieux travailler dans un environnement multiculturel

Par le 22 février 2011

Les entreprises internationales ou travaillant à l’export ont pris conscience de l’impact des différences culturelles dans les relations professionnelles.

En effet, face à des situations identiques, chacun adopte des comportements, attitudes et stratégies différents sous l’influence de son appartenance culturelle.

Le profil culturel d’une personne se constitue d’un certain nombre d’axes de positionnement permettant de comprendre comment se manifeste concrètement l’appartenance culturelle.

Dans ce billet, je vous propose d’en détailler huit.

1-   Le rapport à la société : Universalisme / Particularisme

Cet axe reflète la manière dont les codes, lois et règles sont appliqués. Cette application peut ne connaitre aucune exception. Elle peut au contraire faire l’objet d’une interprétation en fonction des circonstances, situations et personnes.

Pour les sociétés « universalistes », l’application d’une règle ou d’une loi de façon universelle garantit un traitement égal pour tous. Dans les sociétés « particularistes », on tiendra davantage compte des circonstances pour décider de la pertinence d’une règle ou d’une loi.

Cultures universellesÉtats-Unis, Suède, Pays-Bas, Allemagne, Royaume UniCultures particularistesSingapour, Japon, Chine, Russie, Venezuela, Italie

 

 2-   La relation au groupe : Individualisme / Communautaire

Cet axe reflète le positionnement d’un individu par rapport à son groupe d’appartenance.

Dans les sociétés « individualistes », on privilégie la valorisation personnelle et individuelle ; dans les sociétés « communautaires » l’individu est considéré comme une partie du groupe.

Cultures individualistesÉtats-Unis, Canada, Suisse, Royaume Uni, Allemagne, Australie, Hongrie, PologneCultures communautairesJapon, Thaïlande, Chine, Inde, Indonésie

 

3-   Le contexte de la communication : Faible/Fort

Le contexte de la communication désigne l’ensemble des informations décrivant une situation ou un événement. On parle de communications à contexte faible ou à contexte fort.

Ainsi quand deux personnes échangent sur un sujet on dit que :

  • Le contexte de la communication est faible, si la personne qui reçoit les informations ne possède pas beaucoup d’informations sur le sujet. Dans ce cas, la communication devra être très explicite.
  • Le contexte de la communication est fort si les deux personnes ont déjà beaucoup d’informations sur le sujet. Dans ce cas, la communication n’a pas besoin d’être très explicite. Une partie du message peut être sous-entendue.

 

Contexte faibleÉtats-Unis, Allemagne, Pays-Bas, Suisse, Suède, Pays-BasContexte fortJapon, Indonésie, Inde, France, Hongrie, Amérique du Sud

 

4-   La relation au risque

Cet axe évalue la façon dont un individu réagit face aux imprévus dont les conséquences ne peuvent pas être anticipées.

Certaines cultures considèrent que le risque fait partie de toute activité. D’autres pensent qu’il est important de prévoir toutes les éventualités pour minimiser le risque.

Cet axe est étroitement lié à celle de la résistance au changement. Plus un individu est « risk friendly », plus il aura tendance à accepter les changements plus facilement.

Prise de risque/Adaptation facile au changementÉtats-Unis, Inde, Chine, GrèceLimitation du risque / Résistance au changementAllemagne, France, Suisse, Japon, Corée

 

 

5-   Le rapport au temps : Monochronique / polychronique

Toutes les cultures n’ont pas la même vision du temps. Elles peuvent être monochroniques ou polychroniques.

Pour les cultures monochroniques, le temps est linéaire et planifié. Le respect des plannings et délais est sacré. On ne fait qu’une seule chose à la fois et on essaie de ne pas se laisser interrompre.

Dans les cultures polychroniques, il est normal de faire plusieurs choses à la fois, de se laisser interrompre et de passer d’une activité à l’autre. Le respect du planning apparait plutôt comme un idéal que comme un véritable objectif.

On comprend aisément les irritations réciproques qui peuvent surgir dans la collaboration entre et « monochrones » et « polychrones » si chacun ne fait pas d’effort de compréhension de l’autre.

Cultures monochroniquesAllemagne, Suisse, Pays-Bas, États-Unis, Japon, CoréeCultures polychroniquesFrance, Amérique du Sud, Italie, Inde

 

6-   Le mode de pensée : Linéaire / circulaire

Le mode de pensée correspond à une façon de privilégier le résultat visé ou de tenir compte de la méthode qui aboutira au résultat. Dans le mode circulaire, on observe une tendance à prendre en compte toutes les options possibles et, si nécessaire, même revenir en arrière. Dans le mode linéaire, on procède de façon séquentielle étape par étape.

Cultures à pensée linéaireAllemagne, États-Unis, Pays-BasCultures à pensée circulaireFrance, Inde, Thaïlande

 

7-   Rapport à la hiérarchie : Hiérarchique/ égalitaire

Cet axe évalue le rapport à l’autorité et le droit que l’on accorde à un individu d’opposer son avis à celui qui, de part son positionnement social et/ou dans l’entreprise se situe sur un échelon plus élevé.

Cultures égalitairesAustralie, Suède, Finlande, Pays-Bas, SuisseCultures hiérarchiquesFrance, Amérique du Sud, Japon, Inde, Indonésie, Corée, Chine

 8-   Position sociale : Performance / Statut

Cet axe évalue la façon dont un individu peut accéder à une certaine position dans la société ou dans l’entreprise.

Dans les cultures de la performance on valorise les performances, compétences et réussites d’une personne.

Dans les cultures à statut, on tend à considérer une personne en fonction de son âge, de son diplôme, de son origine sociale et son appartenance à certains réseaux.  

Cultures de performanceÉtats-Unis, Allemagne, Suisse, Royaume-Uni, Pays-Bas, SuèdeCultures de statutFrance, Thaïlande, Pologne, Russie, Indonésie, Chine, Inde

Autre dossier sur le même thème

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Avatar

elmatteo Il y a 4 années

Comment pomper et copier coller le travail de Trompenaars et Hampden-Turner sans jamais les citer………

Répondre
Avatar

Eric333 Il y a 7 années

Pour trouver un travail comme docteur ou infirmière en Alemania nous recommandons:
http://www.tta-personalmedizin.de

Répondre
Avatar

Rencontre Femmes Russe Il y a 7 années

Esperons que vous avez d autre article de cette trempe sous le coude !

Répondre
Avatar

Frédérique Il y a 10 années

Bonjour,
Excellente approche des différences culturelles à connaître pour des relations de travail plus harmonieuses. Tout mon problème en tant qu’assistante est de pouvoir faire travailler tout ce monde ensemble. Les habitudes ont la vie dure et le réflexe culturel obligent à rappeler souvent ces « fameuses » différences pour assouplir les relations au sein d’un groupe projet !

Répondre
Avatar

Christine Harache Il y a 10 années

Merci de l’information Patrick,
Ce livre parait effectivement très intéressant.
Merci aussi à Mégasolange pour ce témoignage. Si je comprends bien, même en habitant et travaillant dans un autre pays, on continue à transmettre sa culture d’origine aux générations suivantes ?

Répondre
Avatar

megalosange Il y a 10 années

Bonjour,
C’est tellement vrai, et fort intéressant comme sujet, cela donne envie de lire le livre recommandé par Patrick.
Même si on adopte un pays l’appartenance culturelle reste et surtout elle se perpétue au fil des générations.

Répondre
Avatar

Patrick HANNEDOUCHE Il y a 10 années

Bonjour,
Sur ce sujet passionnant de l’environnement multiculturel, je recommande la lecture d’Office Code, guide de la vie de bureau en Europe.
Cordialement.
Patrick

Répondre
    Avatar

    Rigoberto Il y a 5 années

    All things coeedisrnd, this is a first class post

Abonnez-vous au blog

Afin de vous abonner et pour des raisons de sécurité, votre navigateur doit accepter les cookies et le JavaScript.