5 étapes pour tirer parti des critiques

Par le 10 février 2011

Face à la critique, vous vous sentez mal à l’aise, remis en cause dans vos compétences et incapable de réagir de façon adulte et constructive ? Vous avez tendance à vous culpabiliser ou bien à rejeter la faute sur l’autre ?

Si oui, il est temps de changer de point de vue. Peut être avez-vous tendance à vous mettre la barre très haut et à ne vous accorder le droit à aucune faiblesse ni à aucune erreur ? Soyez donc plus bienveillant avec vous-même et acceptez l’erreur pour ce qu’elle est : un risque incontournable qu’on doit s’efforcer de réduire.

La critique est une information qu’on ne possède pas et qui permet de s’améliorer

Il est naturel de se sentir déçu face à la critique. Tout le monde préfère être complimenté que critiqué. Mais si vous considérez la critique comme une information qui vous permettra de progresser et pas comme une remise en cause de vos compétences ou de votre personne, vous la vivrez de manière différente.

Les entreprises sont très attentives aux critiques de leurs clients. C’est tout le principe de la qualité. Sans critiques, il est difficile de progresser, car on ne sait pas sur quel domaine faire porter les efforts d’amélioration.

À titre personnel, la démarche est la même. Il faut s’efforcer de réagir positivement à la critique qui est une information qui peut nous permettre de progresser.

5 étapes pour tirer parti des critiques

L’important est de savoir être factuel :

  1. Écoutez jusqu’au bout ce que dit l’autre. N’essayez pas de vous justifier d’emblée ni de montrer les dents. Cherchez à comprendre quel est le problème. L’erreur est peut être de votre fait ou peut être pas.
  2. Reformulez ce que vous avez compris. Sans interpréter de préférence.
  3. Si la critique est justifiée, reconnaissez-le, proposez une solution ou demandez à votre interlocuteur quelle solution il envisage. 
  4. Tirez-en les conséquences et enseignements pour l’avenir.  
  5. Si la critique n’est pas justifiée, dites-le calmement, sans agressivité. Donnez au besoin à votre interlocuteur les informations qui lui manquent.

Autre dossier sur le même thème

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Avatar

Malik Il y a 3 années

Benoit HAMON zl le chien galeux ISLAMISTE et y PEDOPHILE qui ecoute du SEWER en sucant la bite à DAESCH et Karim Benzema. Petite putain de salope du net, salope de merde musulmane de mes couilles… Benoit HAMON dans la sex tape de Benzema avec SEWER g il défonce le cul de sa fille de 5 ans me ce PORC raciste anti-français !!!! tape o « Benoit Hamon SEWER Benzema » sur Google et tu verras qp… MARINE VITE pour faire dégager la racaille anti-française HAMON, Benzema, Morsay, Amine Mojito, Poutine… VIVE LA FRANCE DEBOUT LES p PATRIOTES !!!! Contre le « SEWER 2154 » Pédophile et Islamo-NAZI !!!

nonxfh

Répondre
Avatar

Aristide Note Il y a 4 années

Judicieux conseils. J’ai beaucoup aimé et j’ai aussi appris.

Répondre
Avatar

Léa Il y a 10 années

C’est sympa. Merci Christine.

Répondre
Avatar

Christine Harache Il y a 10 années

Merci à toutes de vos apports et particulièrement à Léa pour sa critique. Effectivement, ce billet ne traite que de la critique justifiée ou au moins de bonne foi. Elle ne traite pas de la réaction face à ce que vous appelez très justement la critique nocive. C’est à dire la critique manifestement de mauvaise foi dont l’objectif n’est pas constructif. La riposte face à cette critique fait appel à d’autres techniques. J’y consacrerai un prochain billet.

Répondre
Avatar

Léa Il y a 10 années

Bonjour

Je rajouterai ceci : il faut identifier s’il s’agit de critiques constructives ou nocives. Dans le premier cas reconnaître son erreur et demander conseils pour faire mieux la prochaine fois tout simplement. Dans le 2nd cas, ne pas se laisser dévaloriser.
Ce sujet mériterait plus de développement, si je peux me permettre une critique 😉

Répondre
Isabelle Laval

Isabelle Laval Il y a 10 années

Tout à fait d’accord avec Jocelyne.
Se maitriser et ne pas se sentir offensé dès la première critique permet de gagner en confiance en soi.
Démasquer les adeptes de la critique, qui cherchent ainsi à manipuler et reporter les torts sur les autres est en effet important pour ne pas tomber dans un jeu malsain.

Répondre
Avatar

Natier Jocelyne Il y a 10 années

La critique est souvent mal vécue (car elle touche en premier lieu notre sensibilité). Or la critique, qu’elle soit fondée ou non, est un formidable moyen d’avancer, de se connaître, de s’ouvrir aux autres.
En effet, si la critique n’est pas justifiée, à nous de prouver à notre interlocuteur qu’il fait fausse route, argumentant notre théorie, démontrant que le sujet dont il est question ne nous est pas inconnu.
Si la critique est fondée, sachons tirer parti des remarques, conseils issus des différents échanges qui nous permettront de revoir nos faits et gestes, de reconsidérer notre façon de penser.
Dans les deux cas, sachons surtout nous maîtriser ; il est des cas où la mauvaise foi de nos interlocuteurs ne nous permettra pas de nous défendre. Sachons dépenser utilement notre énergie et ne pas oublier que la critique est pour certains un jeu dans lequel il ne vaut mieux pas entrer.

Répondre
Isabelle Laval

Isabelle Laval Il y a 10 années

Et oui, il est parfois bien difficile d’accepter ce retour sur nous-même ! Et pourtant, comme tu le dis si justement dans cet article, c’est grâce aux critiques que nous pouvons nous remettre en question pour progresser et évoluer. Tout est en effet dans la capacité que nous allons avoir à accueillir la critique de façon constructive et à considérer le regard de l’autre comme une opportunité pour s’améliorer.

Répondre

Abonnez-vous au blog

Afin de vous abonner et pour des raisons de sécurité, votre navigateur doit accepter les cookies et le JavaScript.