L’assistante dentaire, une aide à la prise de décision du praticien

Par le 17 mai 2010

Isabelle Laval, assistante dentaire, nous a fait découvrir son métier lors d’un précédent billet. Elle nous propose de découvrir aujourd’hui dans quelles conditions une assistante dentaire peut aider le praticien dans ses prises de décision. Ces conditions sont applicables dans tout poste d’assistanat.


Formations, législation, maintenance, achats, etc.,  la quête d’informations est constante. Si les moyens sont nombreux pour obtenir des renseignements, le temps manque souvent aux praticiens pour s’en occuper. Au cabinet, nous avons trouvé la solution : je suis chargée de ce type de missions.
Qu’il s’agisse d’obtenir une précision sur la réglementation en vigueur, de résoudre un problème informatique, ou toute autre démarche utile à notre exercice, quand le praticien me dit « Je vais vous confier une mission.», je me réjouis car j’avoue que ce petit côté « relations publiques » ne me déplait pas. Mais comme tout travail, celui-ci obéit à quelques règles.

Les clés d'une mission réussie : commmunication et information

Avoir les connaissances professionnelles nécessaires pour être efficace :
Pour représenter efficacement le cabinet et être crédible dans ce rôle-là, il est important que le praticien encourage et favorise les connaissances professionnelles de son assistante : formation continue, accès à la bibliothèque du cabinet, etc.
L’assistante peut se former et s’informer également par ses propres moyens : livres, revues professionnelles, Internet, échanges avec d’autres assistantes et professionnels du secteur dentaire, etc. Le but ? Être autonome pour pouvoir conduire efficacement les missions qui lui sont confiées.

Définir clairement la mission :
Il est indispensable de connaître parfaitement les attentes du praticien et d’avoir tous les éléments en main avant de commencer les démarches. Pour cela, il faut clarifier la mission, en discuter, puis noter tous les points importants de façon à ne rien oublier et à ne pas s’écarter de ce qui a été défini.

Choisir les moyens d’investigation :

– Les revues professionnelles : elles apportent bien des réponses à qui prend le temps de les lire !

– Les catalogues des fournisseurs : pour comparer les caractéristiques techniques, les prix, etc.

– Le téléphone/fax : difficile de s’en passer, c’est même le premier outil pour obtenir un renseignement rapide auprès du comptable, d’un fournisseur, d’un confrère, du Conseil de l’Ordre, du technicien informatique, etc.

– L’Internet : s’il est vrai que l’Internet est une source inépuisable d’informations, il faut reconnaître qu’on y passe vite beaucoup de temps. Mais nous y trouvons facilement des précisions sur la législation et les programmes des formations continues, entre autres.

– Le courrier électronique : très pratique pour demander des informations sans déranger son interlocuteur, il présente aussi l’avantage de pouvoir joindre un document.

– Les démarches hors les murs du cabinet : oui, ça peut arriver ! Se déplacer se révèle d’ailleurs d’une efficacité redoutable pour obtenir des renseignements.
Quelques destinations :

- La maison dentaire (Conseil de l’Ordre, CNSD, CNQAOS, AGACD, etc.),
- La faculté de chirurgie dentaire,
- La bibliothèque universitaire d’odontologie (nous y trouvons des revues et un fonds documentaire très intéressant).

Sélectionner les informations utiles :
Une bonne compréhension de la demande permettra une bonne sélection des informations. Une information de qualité est pertinente (elle répond bien à la demande), à jour, exacte et vérifiée.

Établir le compte-rendu :
Au fur et à mesure des recherches, il est nécessaire de prendre des notes et de rendre compte de ses démarches car n’oublions pas que c’est le praticien qui dirige les opérations…

 

Le mot du praticien :

Il est pour moi évident de confier la recherche d’informations à mon assistante. Tout ce travail en amont qui consiste à collecter des données, à en faire la synthèse pour pouvoir ensuite prendre une décision en toute connaissance de cause, demande beaucoup de temps, ce que je n’ai pas. Mon assistante s’en charge, puis me présente le résultat de ses démarches. J’ai coutume de dire qu’elle « débroussaille » le terrain pour me permettre d’y voir plus clair !

Et vous ? Comment vivez-vous ce rôle de « débroussailleuse » ?

Isabelle Laval

Autre dossier sur le même thème

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Avatar

osenda Il y a 2 années

j ‘envisage de faire une formation d’ assistante dentaire. j ‘habiter nice . Y a -t -il une école de formation sur nice , je suis aide soignante existe t il une passerelle pour exercer ce métier . Combien de temps pour la formation ?
merci d ‘avance
je souhaite un diplôme d ‘etat

Répondre
Avatar

Pubchocolategranate Il y a 5 années

je de9couvre ton blog en regardant les coms de chez Pd6dane…..Les mots bleus ( chsnoan pleine de poe9sie que j’adore), je les avais choisis pour hier et donc pour aujourd’hui, j’ai fait un mix dans le meame billet……Excellente soire9e e0 Rochefort

Répondre
Isabelle Laval

Isabelle Laval Il y a 8 années

Merci Léa56 ! Très intéressant en effet 🙂

Répondre
Avatar

Léa56 Il y a 8 années

Bonjour Isabelle

Je ne suis pas assistante dentaire, mais j’ai regardé aujourd’hui l’émission Reportages présentée par Claire Chazal sur TF1 intitulée Jamais sans mon binôme. Il est question entre autres du binome de l’assistante dentaire et du chirurgien dentiste. Celui-ci fonctionne parfaitement.
Il est possible de la revoir ici

http://videos.tf1.fr/reportages/jamais-sans-mon-binome-7920690.html

Répondre
Isabelle LAVAL

Isabelle LAVAL Il y a 9 années

Bonjour Carinne, et bienvenue sur ce blog.

Bien sûr qu’une infirmière peut être recrutée pour devenir assistante dentaire. Mais cela ne te dispensera pas de devoir suivre la formation qualifiante indispensable pour exercer notre métier. Quand j’ai passé ma formation d’assistante, il y avait dans ma promotion une sage-femme qui pour les mêmes raisons que toi s’était reconvertie à l’assistanat dentaire.

Pour plus de renseignements, je te propose de te rapprocher du centre CNQAOS le plus proche de chez toi. Ils pourront t’expliquer si tu dois suivre tous les modules de formation, ou bien si tu peux être dispensée de certains modules du fait de ton diplôme d’infirmière, ce que je ne sais pas….

Va sur le site de la cnqaos : http://www.cnqaos.asso.fr/ tu y trouveras la liste des secteurs dans la rubrique « la cnqaos en régions », et plein d’infos pratiques.

Bonne chance à toi, et ravie de t’accueillir dans la profession.

Isabelle

Répondre
Avatar

carinne oniscot Il y a 9 années

Bonjour, j’ai peur que mes questions soient mal perçues.
je m’explique, je suis infirmière diplomée d’état depuis 10ans, 10ans de travail en bloc opératoire, stérilisation… j’adore, c’est ma passion, sauf que, en hôpital, on travaille le jour comme tout le monde, mais aussi pour assurer les urgences, la nuit, le week end, et ça commence à me peser. cela fait quelque temps déjà que je me renseigne sur le métier d’assistante dentaire, je trouve ça passionnant, je me retrouve dans ce métier.
je ne veux voler la place de personne, je vous l’assure; un chirurgien dentiste de la ville cherche une AD depuis plusieurs mois, et annonce revient à chaque fois sur pole emploi, alors j’ai j’ai pris mon courage, et j’ai tel, rdv était ce matin, en plus il fait de l’implantologie et est en train de créer une salle d’op spéciale, le pied!!! j’aimerais tant y travailler, en plus à l’hosto, c’est sous anesthésie générale, contact patient… là, je pourrai avoir un rôle à jouer, au niveau du patient, du chir, du matos… je suis si heureuse d’imaginer pouvoir peut-être y travailler!!! je vais en observation dans 2 semaines pour 1 matinée.
la question: ce dentiste voudrait savoir si légalement il a le droit d’embaucher une infirmière, à priori, sans vouloir vexer personne, une infirmière de bloc semble légitime en bloc d’implantologie… connaissance, organisation, formation bac +3.
Comment faire pour me renseigner à ce sujet? vers qui me tourner? je peux travailler comme ça, passer une VAE? connaissez-vous si cela se fait déjà, et à quelle paye je peux prétendre (déjà, pas de secrétariat).
je vous remercie, ce travail m’a redonner le sourire, j’espère que ça marchera!!!

Répondre
    Avatar

    sabine Il y a 5 années

    Alors Carinne, est ce que tu t’es lancée en cabinet dentaire ? Comment tu as fait ? Comment ça se passe ? Ca m’intéresse!
    Merci

Abonnez-vous au blog

Afin de vous abonner et pour des raisons de sécurité, votre navigateur doit accepter les cookies et le JavaScript.