Être assistant et manager d’équipe

Par le 7 mai 2010

Certains assistants ou assistants de direction sont également des managers d’équipe. Il peut s’agir de collaborateurs permanents, mais aussi souvent de collaborateurs temporaires : intérimaires, stagiaires, personnes en CDD.
C’est une mission intéressante qui constitue un élargissement du poste, mais qui n’est pas sans comporter certaines difficultés.

Prendre pleinement son rôle de manager
Devenir manager constitue un changement d’identité professionnelle. Il faut changer le regard que l’on porte sur soi. C’est une question de représentation.
Les relations avec votre entourage changent avec un niveau de solitude accru.
C’est aussi un changement de niveau des responsabilités et une augmentation de la charge de travail.

Obtenir le statut et les moyens
Il n’est pas rare qu’on demande à un assistant de direction de manager ses collègues sans pour autant lui en donner ni le statut ni les moyens. On peut ainsi lui demander simplement de « gérer les assistants » ou « d’organiser le travail des assistants ».  Une telle situation ne peut que rendre les choses plus difficiles.
Ce n’est pas faire preuve de prétention que de demander que la nouvelle fonction de manager soit présentée officiellement en tant que telle à l’équipe. Il est normal également de disposer des responsabilités hiérarchiques habituelles : entretiens annuels, entretiens de recadrage, formations, rémunérations, etc. 

Se faire reconnaître comme manager à part entière
Les mentalités ont encore du mal à changer dans les entreprises. Il est difficile pour certaines personnes d’imaginer qu’un assistant (ou ancien assistant) puisse être également un manager.

Manquer de préparation
Comme chacun, un assistant est rarement bien préparé à devenir un manager. Or, manager s’apprend, ce n’est pas une disposition personnelle innée. Il existe de nombreuses formations sur le sujet. Il est tout naturel d’être formé quand on aborde une nouvelle activité.

Manager d’anciens collègues
Il est difficile d’adopter le bon comportement. On a tendance à osciller entre deux défauts. Soit on s’efforce de rester le copain et on ne met aucune distance entre l’équipe et soi. Dans ce cas, on ne prend pas sa place de manager. Soit on veut marquer la nouvelle distance qui s’est établie et on adopte un comportement inutilement rigide. La bonne distance se situe entre les deux. Il s’agit de trouver un équilibre.

Il est préférable de chercher à être estimé par ses collaborateurs plutôt qu’aimé à tout prix. Tout en sachant ne pas opérer de changements brutaux dans ses comportements, il faut savoir faire le deuil de la relation antérieure. Il faut aussi accepter que les collaborateurs ex-collègues prennent eux-mêmes de la distance relationnelle vis-à-vis de leur nouveau manager.

Manager des collaborateurs plus âgés
Cette difficulté vient d’une conception du management fondée sur des images parentales : le père représente la loi et la protection. Comment représenter cette image parentale vis-à-vis de collaborateurs plus âgés ?

Deux pièges guettent le « jeune manager.
– Le piège de « l’autoritarisme ». Comme ils ont plus d’expérience que moi, qu’ils connaissent mieux l’entreprise, leur métier, si je veux être reconnu en tant que responsable, je dois faire preuve d’autorité : j’impose des changements sans tenir compte de l’existant.
– Le piège du « laisser faire ». Comme je ne peux pas m’affirmer parce qu’ils en savent plus que moi, je les laisse faire et je n’interviens pas.

Le plus efficace est de prendre du recul en étant conscient des images parentales associées à la situation.

Autre dossier sur le même thème

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Avatar

Christine Harache Il y a 10 années

Tout à fait d’accord avec vous Jocelyne : les diplômes prévalent sur l’expérience. Le phénomène a même tendance à se renforcer.
Concernant l’accès aux assistants à des missions plus « stratégiques », je pense que c’est une question d’évolution des mentalités. Elles évoluent, mais lentement. C’est pourquoi c’est aux assistants à aller de l’avant et à montrer de quoi ils sont capables.

Répondre
Avatar

Jocelyne Natier Il y a 10 années

Reconnaître qu’un collaborateur puisse évoluer alors qu’il n’en a pas forcément les diplômes équivalents reste une cruelle réalité dans la culture d’entreprise de notre pays. Les diplômes prévalent sur l’expérience ; pourtant l’expérience acquise en tant qu’assistant au sein d’une même direction permet de déceler les compétences et lacunes de chacun, de répondre à des situations tout en ménageant les susceptibilités des uns et des autres,et d’obtenir ainsi un résultat positif. Il faut parfois ruser pour y arriver, tout simplement parce que ce statut ne nous est pas reconnu et que le soutien de nos hiérarchiques restent trop timides pour être actés.
Jocelyne Natier

Répondre
Avatar

Isabelle Laval Il y a 10 années

Merci Christine pour ce billet qui aborde très justement la difficulté à passer de simple collègue de travail, à manager d’équipe. Dans certains cabinets dentaires cette fonction est parfois proposée à une assistante qui du jour au lendemain doit superviser et organiser le travail de ses collègues, sans y être préparée, sans avoir un statut qui lui permette d’assoir sa nouvelle fonction, etc… Avec les déconvenues que cela entraîne parfois….

Répondre

Abonnez-vous au blog

Afin de vous abonner et pour des raisons de sécurité, votre navigateur doit accepter les cookies et le JavaScript.